Archives du tag ‘religion

Bibliothèque Chrétienne Numérique   1 comment

      Dernières mises à jour

laurent-de-rome

St Laurent de Rome, St Patron des Archivistes

———————————————————————————————————————————–

Note : Afin d’ alléger cette page, seuls les Dossiers seront affichés ici.

———————————————————————————————————————————–

Augustin Thierry-Oeuvres Complètes (Historien)

 Auguste Carayon  (Historien)
Patrologia Orientalis (F.Nau-R.Graffin)
Félix Nève (Historien)
François Picavet (Historien)
François Pierre Guillaume Guizot (Historien)
François Tommy Perrens (Historien)
L’Université catholique
M.N.S Guillon-Bibliothèque choisie des Pères de l’Église grecque et latine
Œuvres Complètes de Bossuet
Père Tricalet-Bibliothèque Portative Pères de L’ Église-1761
Paul Allard  (Historien)
Revue de L’ Orient Chrétien

———————————————————————————————————————————–

A.Bonnety-Documents Historiques Religion des Romains-1876
Annales Philosophie Chrétienne(Augustin Bonnety)
Dossier Histoire : Algérie

Dom Augustin Calmet
Louis Sébastien Le Nain de Tillemont(Historien)

———————————————————————————————————————————–

Abbé Alfred Vacant-Dictionnaire de Théologie Catholique
Abbé Auguste Vidieu
Abbé A.Sevestre-Dictionnaire de Patrologie-1851
Abbé Ulysse Chevalier (Historien)
Cahiers de recherches médiévales et humanistes
Cardinal Billot
G.du Fresne de Beaucourt-Histoire de Charles VII-1881
Joseph Delaville Le Roulx-La France en Orient au xive siécle-1886
La perpétuité de la foi de l’Église catholique touchant l’eucharistie-1782
Leopold von Ranke-Histoire de la papauté pendant les 16e et 17e Siècles-1848
Père J.M.L Monsabré
Polybe-Histoire générale-1847
Sainte Jeanne D’ Arc
Victor Langlois (Historien)

———————————————————————————————————————————–

Dom Guéranger ; L’Année Liturgique
Abbé Rorhbacher-Histoire universelle de l’Église Catholique
Abbé Migne (en cours)
Abbé Joseph Tixeront

———————————————————————————————————————————–

13/11/2017La première Chaine Youtube à été rétablie ( je ne sais pourquoi mais tant mieux), je continuerais donc à poster les Sermons le Dimanche.

https://www.youtube.com/user/oyagaelewee/

Je commencerais à mettre en ligne Les Archives Multimédia (880 Go de fichiers audio et vidéo )  après avoir fini le Tri de la Bibliothèque.

———————————————————————————————————————————–

11-11-2017

Le nouveau site est arrivé,  il reste deux-trois petits réglages à effectuer mais sinon le plus gros est fait.

Je viens de voir que Youtube m’a supprimé mes deux Chaînes (Cruxsacrasitmihilux 1 & 2) pour « atteinte aux droits d’auteurs ».Je pense qu’ils n’ont pas appréciés que je remette en ligne les vidéos censurées de Hervé Ryssen.

Bref, c’est 3 ans de vidéos supprimées en deux clics.Je vais trouver une alternative à Youtube et créer une nouvelle chaîne, je reposterais probablement la majeure partie des vidéos. ( Après réflexion je vais plutôt tout mettre sur MEGA courant Février, il y a 800 Go d’Archives Multimédia qui traînent dans sur Disque…)

En attendant, continuons le bon combat.

Crux

———————————————————————————————————————————–

Les Articles et les Livres sont différenciés de la façon suivante : L’année précède le Titre pour les Articles et inversement pour les Livres.

Il me reste environ 30 000 Fichiers à trier, après cela la création d’un Catalogue en PDF est prévu.

Il sera proposé aussi à titre gracieux la copie sur Disque dur Externe (Minimum 256 Go) pour ceux qui ne peuvent pas la Télécharger.

 je vous invite à me contacter par Mail lors de la mise en ligne de la Base de Donnée.(Sûrement courant Janvier)

-Correction générale des noms de fichiers trop longs suite à un signalement de Bug sous Windows. (Si malgré tout le soin apporté il subsiste des erreurs, n’hésitez pas à me le signaler)
J’ en profite aussi pour effectuer une révision générale des noms de Fichiers en les « nettoyants » et ajoutant l’ année pour améliorer la visibilité ainsi qu’une correction d’erreurs éventuelle

———————————————————————————————————————————–

Livre : Alain Kerizo, Les OVNIS identifiés – les extraterrestres dans le mystère d’iniquité   Leave a comment

 

 

 

Voici un livre capital pour comprendre ce qui se cache RÉELLEMENT derrière ces phénomènes que l’on nomme « OVNIS ».

I-Grande-5532-les-ovni-identifies--les-extraterrestres-dans-le-mystere-d-iniquite.net

4e de couverture:

Que sont les soucoupes volantes ? Les Objets Volants Non Identifiés ? Qui sont les extraterrestres ? Entre la curiosité crédule, qui alimente une volumineuse littérature, et l’ironie simpliste qui rejette toute réalité du phénomène, ce livre ouvre une autre voie : Celle d’une étude objective des témoignages et des faits, depuis le plus lointain passé jusque dans les temps présents, à la lumière de la doctrine catholique sur les bons et les mauvais anges.


Alors, tout s’éclaire. Les OVNI peuvent être facilement identifiés. Les légendes et les mythes fantastiques se dissolvent devant la réalité des infestations et possessions diaboliques. Ce que nous apportent les soucoupes volantes, c’est la réalité préternaturelle de l’action des démons, de plus en plus visible au fur et à mesure que nous avançons vers les temps de la fin, et que se réalise le Mystère d’Iniquité, c’est-à-dire le triomphe apparent du prince de ce monde dressé contre le plan divin de Rédemption.


« Voici un livre décapant« , selon le mot d’Étienne Couvert dans sa préface des « Ovni identifiés« . Livre décapant qui pourrait bien éclairer utilement l’actualité présente, et les temps à venir très proches.

 

PDF : https://mega.nz/#!MjRxhLIL!zk4G39KcFWeAF0lW6tT6hQ-sguT_iK5Y0Vb0vi28wvY

 

En complément on pourra lire avec profit le livre de Laurent Glauzy : ET : les messagers du new-age

 

 

 

Correspondance du Père Barbara avec les membres de la FSSPX   Leave a comment

 

 

 

 

Barbara1fellay130127

 

 

 

Voici deux suppléments de la revue « Forts dans la Foi » forts intéressants.

Le contenu de cette correspondance échangée entre le père Barbara et les autorités de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie x démontre la mauvaise foi de celles-ci.

Forts dans la Foi numéro 12:

Supplément 1 : https://mega.co.nz/#!7d1mjKxB!76rikWKn-rtePaj7xfzlm7UVfPR5Wx3sJLXj-FaF17o

Supplément 2 : https://mega.co.nz/#!WQMCCLYS!D3ObcZE0mR8LkT9ofO0NzxVPmfj-Vxc_f4dFsR6J434

Résumé de la vie du pére Barbara : http://sedevacantisme.over-blog.com/article-petit-resume-de-la-vie-du-r-p-noel-barbara-122236948.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Christianisme établi-Toutes les objections détruites et tournées en preuves par Mgr Gaume   Leave a comment

b_1_q_0_p_0

Abrégé du catéchisme de persévérance de Mgr Gaume

XXIIe leçon

Q. Que résulte-t-il, aux yeux de la raison, de l’établissement du Christianisme ?
R. Aux yeux de la raison, il résulte de l’établissement du Christianisme : 1° que depuis dix-huit cents ans le monde adore un Juif crucifié, c’est-à-dire tout ce qu’il y a de plus méprisable et de plus odieux.
Q. Continuez la même réponse.
R. Il résulte : 2° qu’en adorant ce Juif crucifié, le monde est devenu beaucoup plus éclairé, beaucoup plus vertueux, beaucoup plus libre, beaucoup plus parfait.
Q. Achevez la même réponse.
R. Il résulte : 3° que toutes les nations ne sortent de la barbarie et de la dégradation qu’en adorant ce Juif crucifié ; que toutes celles qui refusent de l’adorer demeurent dans la barbarie, et que celles qui cessent de l’adorer y retombent.
Q. Ce fait est-il incroyable ?
R. Ce fait est très incroyable, et cependant très certain.
Q. Comment l’expliquez-vous ?
R. Les Catholiques l’expliquent en disant : Jésus de Nazareth est le Fils de Dieu, Dieu lui-même ; il a triomphé sans peine de tous les obstacles et communiqué au monde ses lumières et ses grâces ; il y a eu miracle ; tout s’explique facilement.
Q, Que disent les impies ?
R. Les impies disent qu’il n’y a pas eu de miracle ; que Notre-Seigneur n’est pas Dieu, mais un Juif comme un autre, et que la conversion du monde est une chose toute naturelle,
Q. Qu’est-ce à dire ?
R. C’est-à-dire qu’il suffit, pour faire changer de religion au monde entier, de prendre un homme, de le crucifier, et d’en envoyer douze autres dire qu’il est Dieu : c’est une expérience que les impies devraient faire pour nous convaincre.
Q. Qu’est-ce à dire encore ?
R. C’est-à-dire encore que les impies, pour ne pas croire au miracle, sont forcés de soutenir la plus grande des absurdités ; car le monde, converti sans miracle par douze Juifs, et adorant un Juif crucifié qui ne serait pas Dieu, est la plus grande absurdité qu’on puisse imaginer.
Q. Que suit-il de là ?
R. Il suit de là que la Religion n’ayant pas pu être établie par la puissance des hommes, l’a été par la puissance de Dieu ; qu’ainsi elle est vraie,
car Dieu ne peut pas autoriser le mensonge.
Q. Que suit-il encore ?
R. Il suit encore que toutes les objections contre la Religion sont fausses, car il ne peut y avoir de vérités contradictoires.
Q. Que suit-il enfin ?
R. Enfin il suit que toutes les objections contre la Religion sont autant de preuves de sa divinité ; car toutes montrent l’extrême difficulté de la persuader au monde, par conséquent la nécessité et la force des miracles qui ont obligé le monde à l’accepter, malgré toutes les passions et toutes les persécutions.

Je prends la résolution d’aimer Dieu par-dessus toute chose, et mon prochain comme moi-même pour l’amour de Dieu ; et, en témoignage de cet amour, j’ étudierai avec soin les preuves delà Religion

ME0000028625_3

 

 

 

 

PDF : https://mega.nz/#!Q3InyR5C!7zyyFhBifVoJLJjNW4EJwAkIQVWuacpnXK1K7H2hUlI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié 24 septembre 2013 par CruxSacraSitMihiLux dans Histoire, Livres, Religion

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Livre : Edouard Pertus-Connaissance élémentaire de l’islam-édition 2011   Leave a comment

 

 

 

 

 

Sans titre 1

Livre PDF : https://mega.nz/#!HZ0yCLCT!Qh2oE3isTi-osanL1__rlzxCxBAh3OOl_XIXLI5Hk0s

Publié 18 septembre 2013 par CruxSacraSitMihiLux dans Histoire, Livres, Religion

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Des désirs par Saint-François de Sales   Leave a comment

francois_de_sales

Saint-François de Sales

Introduction à la vie dévote

chapitre XXX : Des désirs

Chacun sait qu’il se faut garder du désir des choses vicieuses, car le désir du mal nous rend mauvais. Mais je vous dis de plus, ma Philothée, ne désirez point les choses qui sont dangereuses à l’âme, comme sont les jeux et tels autres passe-temps, ni les honneurs et charges, ni les visions et extases, car il y a beaucoup de péril, de vanité et de tromperie en telles choses.

Ne désirez pas les choses fort éloignées, c’est-à-dire qui ne peuvent arriver de longtemps, comme font plusieurs, qui, par ce moyen, lassent et dissipent leurs cœurs inutilement et se mettent en danger de grande inquiétude. Si un jeune homme désire fort être pourvu de quelque office avant que le temps soit venu, de quoi lui sert ce désir?  Si je désire d’acheter le bien de mon voisin avant qu’il soit prêt à le vendre, ne perdé-je pas mon temps en ce désir?  Si, étant malade, je désire prêcher ou dire la sainte messe, visiter les autres malades et faire les exercices de ceux qui sont en santé, ces désirs ne sont-ils pas vains, puisqu’en ce temps-là il n’est pas en mon pouvoir de les effectuer?
Et cependant ces désirs inutiles occupent la place des autres que je devrais avoir d’être bien patient, bien résigné, bien mortifié, bien obéissant et bien doux en mes souffrances, qui est ce que Dieu veut que je pratique pour lors. Je n’approuve nullement qu’une personne attachée à quelque devoir ou vacation s’amuse à désirer une autre sorte de vie que celle qui est convenable à son devoir ni des exercices incompatibles à sa condition présente; car cela dissipe le cœur et l’alanguit dans ses exercices nécessaires.

Si je désire la solitude des Chartreux, Je perds mon temps, et ce désir tient la place de celui que je dois avoir de me bien employer à mon office présent. Non, je ne voudrais pas mêmement que l’on désirât d’avoir meilleur esprit, ni meilleur jugement, car ces désirs sont frivoles et tiennent la place de celui que chacun doit avoir de cultiver le sien tel qu’il est, ni que l’on désirât les moyens de servir Dieu que l’on n’a pas, mais que l’on employât fidèlement ceux qu’on a. Or cela s’entend des désirs qui amusent le cœur; car, quant aux simples souhaits, ils ne font nulle nuisance, pourvu qu’ils ne soient pas fréquent. Ne désirez pas les croix, sinon à mesure que vous aurez bien supporté celles qui se seront présentées

car c’est un abus de désirer Je martyre. et n’avoir pas Je courage de supporter une injure. L’ennemi nous procure souvent de grands désirs pour des objets absents et qui ne se présenteront jamais, afin de divertir notre esprit des objets présents, desquels, pour petits qu’ils soient, nous pourrions faire grand profit. Nous combattons les monstres d’Afrique en imagination, et nous nous laissons tuer en effet aux menus serpents qui sont en notre chemin à faute d’attention.  Ne désirez point les tentations, car ce serait témérité ; mais employez votre cœur à les attendre courageusement et à vous en défendre quand elles arriveront.
La variété des viandes, si principalement la quantité est grande, charge toujours l’estomac; et, s’il est faible, elle le ruine. Ne remplissez pas votre âme de beaucoup de désirs, ni mondains, car ceux-là vous gâteraient du tout•, ni même spirituels, car ils vous embarrasseraient. Quand notre âme est purgée, se sentant déchargée de mauvaises humeurs, elle a un appétit fort grand des choses spirituelles, et, comme, tout affamée, elle se met à désirer mille sortes d’exercices de piété, de mortification; de pénitence, d’humilité, de charité, d’oraison. C’est bon signe, ma Philothée, d’avoir ainsi bon appétit ; mais regardez si vous pourrez bien digérer tout ce que vous voulez manger.

Choisissez donc, par l’avis de votre père spirituel, entre tant de désirs, ceux qui peuvent être pratiqués et exécutés maintenant, et ceux-là faites-les bien valoir; cela fait, Dieu vous en enverra d’autres, lesquels, aussi en leur saison, vous pratiquerez, et ainsi vous ne perdrez pas le temps en désirs inutiles. Je ne dis pas qu’il faille perdre aucune sorte de bons désirs, mais je dis qu’il les faut produire par ordre; et ceux qui ne peuvent être effectués présentement, il les faut serrer en quelque coin du cœur, jusqu’à ce que leur temps soit venu, et cependant effectuer ceux qui sont mûrs et de saison ; ce que je ne dis pas seulement pour les spirituels, mais pour les mondains; sans cela nous ne saurions vivre qu’avec inquiétude et empressement.

Livre PDF :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209441v/f1.image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du péché originel et de ses suites, ou des blessures de la nature humaine   Leave a comment

Extrait du catéchisme de la somme théologique de Saint-Thomas d’Aquin du Frère Thomas Pègues

 

 

 

G2-84519-194-4

 

 

 

Est-ce que cette concupiscence existait dans l’homme selon le premier état où il fut créé par Dieu ?

Non, cette concupiscence n’existait pas dans l’homme selon le premier état où il fut créé par Dieu.

Pourquoi donc se trouve-t-elle maintenant dans l’homme ?

Elle se trouve maintenant dans l’homme, parce que l’homme est dans l’état de chute (q. 81 et 83).

Qu’est-ce que vous entendez par l’état de chute dans l’homme ?

J’entends l’état qui a succédé au premier péché du premier homme, et qui est l’effet de ce premier péché (q. 81, a. 1 ; q. 82, a. 1).

Pourquoi cet état qui a succédé au premier péché du premier homme et qui est l’effet de ce premier péché se trouve-t-il en chacun de nous maintenant ?

Cet état se trouve en chacun de nous maintenant, parce que nous avons reçu du premier homme la nature qui est la nôtre (q. 81, a. 1).

Si le premier homme n’avait pas péché, aurions-nous reçu de lui notre nature dans un autre état ?

Oui, si le premier homme n’avait pas péché, nous aurions reçu de lui notre nature dans l’état d’intégrité et de justice originelle (q. 81, a. 2).

L’état dans lequel nous recevons maintenant du premier homme notre nature est-il un état de péché ?

Oui, l’état dans lequel nous recevons maintenant du premier homme notre nature est un état de péché (q. 81, a. 1 ; q. 82, a. 1).

Pourquoi cette nature que nous recevons maintenant du premier homme est-elle dans un état de péché ?

Parce que nous la recevons de lui telle qu’elle est, en raison même et comme suite de son péché (q. 81, a. 1).

Et comment s’appelle cet état de péché de la nature que nous recevons ainsi du premier homme comme suite de son péché ?

Cet état s’appelle le péché originel (Ibid.).

 

 

diary-the-garden-of-eden-www.lylybye.blogspot.com_2

C’est donc par le fait même que nous recevons d’Adam pécheur notre nature dans cet état, que se transmet à chacun de nous le péché originel ?

Oui, c’est par le fait même que nous recevons d’Adam pécheur notre nature dans cet état, que se transmet à chacun de nous le péché originel (Ibid.).

Que comporte cet état de péché affectant la nature humaine en chacun de nous, qu’on appelle le péché originel ?

Il comporte la privation de tous les dons surnaturels ou gratuits, que Dieu avait mis dans notre nature, en la personne du premier homme, notre père commun (q. 82, a. 1).

Quels étaient ces dons surnaturels ou gratuits, dont la privation constitue en nous l’état de péché qui est le péché originel ?

Ces dons surnaturels ou gratuits étaient : d’abord, la grâce sanctifiante avec les vertus surnaturelles infuses et les dons du Saint-Esprit ; et aussi le privilège de l’intégrité qui était attaché à ces dons surnaturels.

Que comportait ce privilège de l’intégrité accordé à notre nature ?

Il comportait la parfaite subordination des sens à la raison et du corps à l’âme.

Que résultait-il de cette parfaite subordination des sens à la raison et du corps à l’âme ?

Il en résultait que l’homme ne pouvait avoir, dans la partie affective sensible, aucun mouvement désordonné ; et que son corps était impassible et immortel.

La mort et les autres misères corporelles sont donc l’effet propre du péché ?

Oui, la mort et les autres misères corporelles sont l’effet propre du péché (q. 85, a. 5).

Comment appelle-t-on les suites du péché du côté de l’âme ?

On les appelle les blessures de l’âme.

Pourriez-vous me dire quelles sont ces blessures de l’âme ?

Ce sont : l’ignorance, la malice, l’infirmité et la concupiscence (q. 85, a. 3).

Qu’entendez-vous par l’ignorance ?

J’entends cet état de l’intelligence ou de la raison qui fait qu’elle se trouve destituée de l’ordre connaturel qu’elle avait au vrai dans l’état d’intégrité (q. 85, a. 3).

Qu’entendez-vous par la malice ?

J’entends cet état de la volonté qui fait qu’elle se trouve destituée de l’ordre connaturel qu’elle avait au bien dans l’état d’intégrité (q. 85, a. 3).

Qu’entendez-vous par l’infirmité ?

J’entends cet état de la partie affective sensible qui fait qu’elle se trouve destituée de l’ordre connaturel à tout ce qui est ardu ou difficile qu’elle avait dans l’état d’intégrité (q. 85, a. 3).

Qu’entendez-vous par la concupiscence ?

J’entends cet état de la partie affective sensible, qui fait qu’elle se trouve destituée de l’ordre connaturel au plaisir sensible modéré par la raison, qu’elle avait dans l’état d’intégrité (q. 85, a. 3).

Ces quatre blessures de la nature sont-elles proprement l’effet du premier péché du premier homme ?

Oui, ces quatre blessures de la nature sont proprement l’effet du premier péché du premier homme (q. 85, a. 3).

Sont-elles aggravées par les péchés personnels des parents et des individus ?

Oui, elles sont aggravées par les péchés personnels des parents et des individus (q. 85, a. 1-2).

Y a-t-il des péchés personnels qui aient une influence particulièrement mauvaise pour amener l’homme à commettre d’autres péchés ?

Oui ; ce sont les péchés capitaux.

Quels sont les péchés capitaux ?

Ce sont : la vaine gloire ; l’avarice ; la gourmandise ; la luxure ; la paresse ; l’envie ; la colère.

Malgré toutes ces causes de péché qui sont dans l’homme et qui proviennent soit du premier péché du premier homme, soit des autres péchés qui ont suivi dans les divers hommes, devons-nous dire que l’homme demeure libre dans ses actes moraux et n’est jamais nécessité à pécher ?

Oui, malgré toutes ces causes de péché qui sont dans l’homme, et qui proviennent soit du premier péché du premier homme, soit des autres péchés qui ont suivi dans les divers hommes, nous devons dire que l’homme demeure libre dans ses actes moraux et qu’il n’est jamais nécessité à pécher.

Que faudrait-il pour que l’homme cessât d’être libre dans ses actes en raison de toutes ces suites du péché ?

Il faudrait qu’elles eussent pour effet de lui faire perdre la raison (q. 77, a. 7).

A moins donc que l’homme perde sa raison, il demeure toujours libre dans ses actes, de telle sorte qu’il dépend de lui de ne pas pécher ?

Oui ; à moins que l’homme perde sa raison, il demeure toujours libre dans ses actes, de telle sorte qu’il dépend de lui de ne pas pécher.

Cette liberté peut-elle cependant être moins pleine et moins parfaite à cause de ces suites du péché, de telle sorte que l’homme, quand il pèche encore, se trouve moins coupable ?

Oui, la liberté de l’homme est moins pleine et moins parfaite à cause de ces suites du péché, de telle sorte que l’homme, quand il pèche encore, se trouve moins coupable ; à moins que ses fautes personnelles soient elles-mêmes pour une part dans cette diminution de sa parfaite liberté (q. 77, a. 6).

 PDF :https://mega.nz/#!tmQgzQoY!Erc2axG25efHBZu8mJkBKLHXGQIIvBW7iBn1L8asCo4